Aller au contenu principal

Le Temps des Collections VII : Élégantes et dandys romantiques

Le Temps des Collections VII : Élégantes et dandys romantiques

La Réunion des Musées Métropolitains organise du 7 décembre 2018 au 19 mai 2019 la septième édition du Temps des Collections.

Ce programme lancé en 2012 au musée des Beaux-Arts de Rouen est l’une des toutes premières initiatives en France pour remettre les collections au cœur de la programmation des musées. Il s’agit à chaque fois de révéler la richesse et la variété des collections publiques, de dévoiler l’envers du décor et le mystère des réserves et de favoriser les redécouvertes en ouvrant les musées à de nouveaux regards. De nombreux invités se sont succédés, conservateurs, historiens, artistes, personnalités du monde de la culture, ou plus récemment le public avec la Chambre des visiteurs.

Cette septième édition propose six expositions autour de la thématique de la mode et du textile. Tissus, costumes, robes, bijoux et bien d’autres créations exceptionnelles sont mises à l’honneur. Ces expositions présentent les spécificités vestimentaires de périodes emblématiques de l’histoire. De l’antiquité à l’époque contemporaine, de nombreux objets n’ayant jamais été présentés sont à découvrir !

 

8_h_du_soir.jpg

 

 Manches gigot ou en béret, coiffures à la girafe, éventails cathédrales… La mode des années 1820-1840 nous semble aujourd’hui exotique, tant par ses dénominations que par ses formes extravagantes.

Cette silhouette au buste enflé et à la taille de guêpe est celle des héroïnes de Balzac et des dandys de la bataille d’Hernani. S’appuyant sur les collections des Musées Métropolitains et sur de nombreux prêts, cette exposition sera l’occasion de dévoiler au public des objets inédits. Mettant en regard une riche iconographie, faite de portraits, de miniatures ou encore de gravures de mode, cette manifestation fera la part belle aux costumes, sacs, éventails, bijoux et autres accessoires pour mettre en valeur cette période exubérante de l’histoire de la mode.

Sous les auspices de figures tutélaires comme Balzac ou Barbey d’Aurevilly, le visiteur y croisera les « fashionables » (ancêtres de nos fashion victims) de la Restauration et de la Monarchie de Juillet, prêts à s’arracher les derniers tissus à la mode vendus dans les « magasins de nouveautés », les premières « confections » (annonçant déjà le prêt-à-porter) ou les créations des meilleures couturières parisiennes.