Aller au contenu principal

Route, effet de neige, soleil couchant

Claude Monet

(1840 - 1926) | Rouen, musée des Beaux-Arts (inv. D.1995.2.1)

Date : 1869 | Technique : Huile sur toile, 43 x 65 cm

Ce tableau, réalisé en 1869, a changé souvent de main, mais il a appartenu à des collectionneurs passionnés, comme le peintre Amand Gautier, son premier propriétaire, ami de Monet, François Depeaux, l'un des premiers collectionneurs de l'Impressionnisme, ou Max Silberberg, industriel de Breslau en Silésie qui a dû la vendre en 1932, pour des raisons d'ordre économique. Entre chacun d'eux, la toile est passée par plusieurs marchands, parmi les plus célèbres, Durand-Ruel, Bernheim-Jeune à Paris ou Paul Cassirer à Berlin.

À la vente de 1932, le tableau est acquis par une certaine « Mme Benedict », selon le procès-verbal de la vente, qui achète de nombreuses autres œuvres ; elle est indiquée comme « Benedict de Chollet » dans d'autres documents, mais n'a toujours pas été identifiée. Il est donc difficile de déterminer si elle achetait à titre personnel ou comme intermédiaire pour un tiers.

On perd la trace du tableau après cette dernière mention.

L'œuvre de Monet fait toutefois partie d'un lot de 28 œuvres qui ont été restituées par l'Allemagne à la France en mai 1994. Cet ensemble avait été confié par un officier allemand non identifié en service à Paris pendant l'Occupation à un soldat inconnu de la Wehrmacht pour que celui-ci les emporte en Allemagne afin qu'ils puissent être récupérés à la fin de la guerre. Mais l'officier ne s'est jamais manifesté et le soldat conserva les tableaux. Il décida toutefois de les remettre, sous le sceau de la confession, à Mgr Heinrich Solbach, de l'archevêché de Magdebourg (ex République Démocratique Allemande), pour que les œuvres soient restituées à leurs légitimes propriétaires. Mgr Solbach confie les tableaux à la Nationalgalerie de Berlin-Est et le gouvernement ordonne le secret absolu à leur égard. Quelques années plus tard, en 1974-1975, les œuvres sont intégrées dans des négociations plus larges entre la RDA et la France, négociations qui n'aboutissent pas. Il faut attendre la chute du Mur de Berlin et la réunification allemande pour que les œuvres soient officiellement remises à la France en mai 1994. À cette occasion, l'étude de la provenance des œuvres permet d'en restituer sept aux familles victimes de spoliation. Les autres ont été ajoutées à l'inventaire des MNR. C'est ainsi que le Monet de l'ancienne collection Depeaux retrouve aujourd'hui, au musée de Rouen, de façon provisoire, les œuvres données par le mécène au musée des Beaux-Arts de Rouen en 1909.

 

Thierry Bajou

 

Bibliographie :

  • Daniel Wildenstein, Monet : catalogue raisonné, Paris, Institut Wildenstein, 1974, vol. II, p. 70, n° 145 (avec bibliographie antérieure).
  • Claude Lorentz, La France et les restitutions allemandes au lendemain de la seconde guerre mondiale (1943-1954), Paris, La Documentation Française, 1998, p. 296, note 2 (pour l’ensemble des tableaux remis à la France).
  • Cat. exp. À qui appartenaient ces tableaux ?, Jérusalem, Musée d’Israël, 19 février - 3 juin 2008 ; Paris, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, 24 juin - 28 septembre 2008, p. 196.