Aller au contenu principal

Neige à Paris ou Faubourg de Paris sous la neige

Stanislas Lépine

(1838 - ) | Rouen, musée des Beaux-Arts (inv. D.1954.9.1)

Date : Seconde moitié du XIXe siècle | Technique : Huile sur panneau, 26 x 43 cm

Lépine fut un élève et ami de Corot. Isolé des cercles artistiques, il préfère peindre la ville, et notamment Paris avec les vues de la Seine et de Montmartre, mais s'intéresse à la vie de ceux qui travaillent plutôt qu'à la beauté académique d'un paysage.

Ce paysage montre la cour d'une menuiserie où le travail est interrompu par la neige. Seul, un personnage portant une charge témoigne de la difficulté du labeur.

Comme c'est également le cas du pastel de Guillaumin, la première mention de cette œuvre est celle de l'achat à Rudolf Holzapfel par Friedrich Welz le 24 novembre 1940 pour 500 reichmarks. Celui-ci était directeur de la Landesgalerie de Salzbourg, mais aussi directeur d'une galerie de tableaux. Il était donc à la fois conservateur et marchand. C'est ainsi que le revers de ce panneau porte deux étiquettes illustrant le passage de la galerie Welz au musée, l'une de la « Galerie Welz – Salsburg – Wien » et l'autre de la « Landesgalerie Salzburg ». Holzapfel est très mal connu, mais il s'agit d'un intermédiaire très actif, auprès duquel Welz a acquis plus d'une centaine d'œuvres ; malheureusement, comme c'est aussi le cas pour d'autres acteurs du marché parisien de l'art sous l'Occupation, par exemple Theodor Hermsen auprès duquel Gurlitt achète beaucoup d'œuvres, on ignore le plus souvent leur provenance. Il est donc presque impossible d'identifier les propriétaires antérieurs à partir des archives publiques, allemandes françaises ou américaines, et donc d'envisager une restitution.

En 1943, les collections du musée de Salzbourg ont été mises à l'abri au monastère de Sankt Gilgen situé aux environs de la ville. À la fin de la guerre, elles passent aux mains des Américains, responsables de cette zone du pays ; le 18 avril 1947, un important ensemble d'œuvres dont la provenance française est établie, dont le Lépine, est remis aux mains des autorités françaises avant de revenir en France.

Retenu par la 4e commission de choix du 21 décembre 1949 et attribué au musée du Louvre, le tableau est mis en dépôt au musée de Rouen par arrêté du 29 janvier 1954.